En direct du forum ...

Une passion, le foot. Un but, entrainer

Une passion, le foot. Un but, entrainer

Les archives Le foot, le vrai Coupe du Monde Allemagne 2006

Recherche par tag : Coupe du Monde 2006, Zone Afrique, CAF, Tunisie, Angola, Togo


Coupe du Monde 2006, huitièmes de finale, Italie - Australie et Suisse - Ukraine
Version imprimable Suggérer par mail
Coupe du Monde 2006, huitièmes de finale, Italie - Australie et Suisse - Ukraine Image Encore une fois, lors de cette journée le débat est alimenté par l'arbitrage... Une chose est sûre, les arbitres font ce qu'ils peuvent... Mais par la voix de Monsieur Blatter, la Fifa ne leur donne pas les moyens de répondre à des joueurs de mieux en mieux préparés et rompus à la pratique des gestes "vicieux" et dissimulés, les feintes et roublardises se multipliant... Côté ballon rond, encore une fois, la squadra Azzura s'en tire sur un coup du sort dans le temps additionnel, cela suffit à leur bonheur, ils sont en quarts. Leurs adversaires du jour ont joué le jeu avec leur combativité: avec plus d'opportunisme et de réussite, ils auraient dû poursuivre l'aventure. Dans l'autre huitième du jour, Suisse et Ukraine nous ont offert un match où la peur de perdre a pris le pas sur l'envie et la prise de risque... A ce petit jeu, acculées aux tirs au but, les deux équipes ont laissé la chance choisir le novice ukrainien aux dépends des coéquipiers de Magnien...  

26 Juin 2006, huitièmes de finale, les deux matchs du jour:




[CM 2006 - 1/8e ] Italie - Australie: 1-0
Ce huitième de finale oppose, à Kaiserslautern, l’Italie à une des équipes surprises de ce mondial: l’Australie. Les kangourous vont-ils manger des spaghettis après avoir mangé les sushis japonais ? C’est sans Nesta (blessé), ni Totti (remplaçant), que se présente l’équipe italienne. La première occasion est australienne avec un centre de Chipperfield que reprend Grella sans toutefois inquiéter Buffon. (2e) La réponse italienne est immédiate et, sur le côté gauche près du poteau de corner, Del Piero adresse un superbe centre pour Toni dont la tête piquée passe de peu à côté du but de Schwarzer. (3e) Les australiens construisent, préparent leurs actions, tandis que les italiens les attendent en jouant à 8 derrière et 2 devant. Ces derniers procèdent donc en contre mais ni Gilardino, ni Pirlo n’arrivent pour l’instant à percer la défense adverse. Du moins jusqu’à la 20e minute où dans la surface australienne, Toni remise de la tête pour Gilardino qui  amorti de la poitrine et frappe du droit, la balle est claquée en corner par Schwarzer. Puis, à la 22e, après une course depuis le milieu du terrain, Pirlo trouve Toni dans la surface adverse, ce dernier crochète du droit avant de frapper du gauche en pivot. Pris à contre-pied, Schwarzer détrourne le ballon du pied. Le premier carton de la rencontre intervient à la 28e  pour une obstruction de Grosso qui offre un coup franc aux kangourous. Le ballon se promène dans la surface et arrive sur Chipperfield qui tire obligeant Buffon à capter le ballon en deux temps.(29e) Lucas Toni, meilleur buteur de la Série A, tente ensuite sa chance sur une remise de Perrotta mais sa tête passe largement au-dessus du but de Schwarzer. Les occasions italiennes sont les plus nettes dans cette première période, mais c’est sur le score de 0-0 que Mr Cantalejo siffle la pause. La seconde période est marquée par une faute de Materazzi sur Bresciano à environ 20m de son but. L’arbitre voit rouge. Dès lors, nous allons avoir droit à une domination et possession de balle quasi entièrement australienne. A la 58e,  Bresciano sert Chipperfield dans la surface italienne qui frappe fort au premier poteau, Buffon écarte le danger des deux poings. Les rares incursions des bleus dans le camp australien ne donnent rien et chaque situation est si mal exploitée que Pirlo, sur un coup franc tente de surprendre le portier australien qui détourne d’une claquette en corner. Les offensives australiennes, elles, sont de plus en plus nombreuses à l’image de deux frappes de Bresciano, la première captée par Buffon puis la seconde non cadrée. (78e et 84e) ; ou encore par un corner tiré par ce même Bresciano sur la tête de Cahill qui passe juste au-dessus de la transversale italienne. Une des rares réponses italienne survient à la 87e où une partie de billard dans la surface australienne permet au  ballon de revenir sur Iaquinta aux six mètres, mais celui-ci tire directement sur Schwarzer. Puis, alors que les deux équipes se préparent à jouer des prolongations, dans le temps aditionnel survient à la 95e minute le coup de théatre de la rencontre: Grosso, sur une de ses rares montées, se laisse tomber alors que Neill le touche à peine au niveau du genou. L’arbitre se laisse abuser (même au ralenti, les avis divergent, lui a dû prendre une décision) et siffle un pénalty que transforme Totti. L’Italie se qualifie donc sans avoir montré de jeu (cela devient une constante chez eux durant cette Coupe du Monde allemande...), en restant les trois quarts du temps recroquevillés derrière, en usant sans retenue des simulationset trucages dont ils se sont fait une spécialité... Une vraie victoire à l'italienne... Les aussies eux, quittent la compétition par la grande porte pour leur première participation aux huitièmes de finale...

[CM 2006 - 1/8e ] Suisse - Ukraine: 0-0 (0 tirs au but à 3)
Après la valise à cartons hier pour le Portugal - Pays Bas, puis la valse australienne offerte par les "danseuses" italiennes, Suisses ou Ukrainiens ont l'occasion de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe du Monde, ce qui pour les deux pays serait un événement inédit côté ukrainien et remontant à 50 ans côté suisse... Le match promet d'être serré et l'on ne fut pas déçu puisqu'en spécialistes de l'horlogerie qu'ils sont, les helvètes nous ont emené au terme des 120 minutes connaissant la malchance dans une séance de pénalties lors de laquelle les ukrainiens ont pris l'ascendant presque dès le début. Les suisses sont éliminés sans avoir encaissé le moindre but en 390 minutes et on pleure avec eux.. Dés l'entame de la rencontre, les suisses semblent mieux en jambes et se créent les deux premières occasions dont une magnifique pour Wicky que Chovkovsky sort magistralement. Le portier ukrainien signe là le premier arrêt décisif et marque largement son territoire (ce qui à ce moment là paraissait anecdotique allait s'avèrer décisif en fin de partie lors de la séance de tirs au but.) Le quart d'heure passé on se dit que cette partie serait serrée et, bien que ne se créant pas de véritables occasions, les suisses dominent légèrement sans convaincre. Les deux équipes, crispées par l'enjeu, tentent de développer du jeu mais rien n'y fait. L'éclair, comme c'est souvent le cas, sera du fait des deux vedettes respectives des adversaires du jour. Shevchenko tout d'abord, sur un coup franc de Kalinichenko place une tête plongeante qui s'écrase sur la barre (21è), puis Freï réplique dans la foulée, (également sur coup franc), en heurtant à son tour le montant (23è). La pause est atteinte sur un score nul et vierge... La seconde période commence mieux pour les ukrianiens: Kuzev, sur un centre de Voronin, croise sa tête qui passe de peu à côté. Cette seconde période est insipide et terne, légèrement sous l'emprise ukrinienne. Une frappe de Shevchenko passe de peu à côté (68ème). Quelques minutes plus tard, Gusin vient couper un corner de Kalinichenko sur lequel tous les attaquants ukrainiens plongent au premier poteau. La tête de Gusin passe juste à côté. A cinq minutes du coup de sifflet final, Voronin aprés un contrôle initial du bras, subit un tirage de maillot par Grichting qui écartait ensuite les bras pour montrer qu'il ne commettait pas de fautes alors que Voronin lui, le ceinturait. L'arbitre ne broncha pas, sans aucun doute à raison. 90 minutes 0-0, on s'engage alors vers les prolongations. Cabanas se crée la première occasion sur un coup franc de Freï (97ème). Vogel a à son tour l'occasion de faire la différence mais sa frappe à l'entrée de la surface légèrement excentrée est trop écrasée. Les Suisses sont mieux mais le score est toujours de 0-0. Cadenassées et fermées faute de prise de risques de part et d'autre, les prolongations tournent tantôt à l'avantage de l'Ukraine (aprés la rentrée de Milevskyi qui se montre incisif, tantôt à l'avantage des hevètes en toute fin de rencontre mais sans connaitre plus de réussite... Les tirs aux buts décideront du sort de la rencontre, les deux equipe s'en remettant au destin pour trancher qui de l'une ou l'autre des équipes ira en quarts...
Shevchenko prend beaucoup d'élan, et on s'en doutait, rate son tir au but comme souvent les grand en pareille situation.
Streller, assez nerveux, échoue à son tour sur le même genre de frappe...
Milevskyi lui, ne se pose pas de questions et de toute l'impétuosité de sa première sélection, d'une Panenka trompe Zuberbhuler. 1-0
Barnetta fait la démonstration de "Qui prend trop d'élan prend des risques déments" et trouve la barre transversale.
Rebrov facile, transforme: 2-0
Cabanas démontre que la Suisse est abandonnée par dame chance et rate à son tour, du moins, Chovkovsky l'arrête...
Gusiev dispose de la balle de match et ne rate pas le coche: 3-0...
La Suisse est éliminée par une équipe d'Ukraine qui a réussit avec toutes ses limites à se qualifier. Face aux italiens, cela nous promet un nouveau match fermé et pauvre techniquement, et à moins que l'Ukraine ne soit la surprise de ce mondial, on ne la voit guère aller beaucoup plus loin. Quant aux suisses, maintenant en route pour 2008 et je vous souhaite Bonne Chance !!!

Réagissez et donnez dés maintenant votre avis sur ces résultats dans la partie Coupe du Monde 2006... La compétition est lancée sur les topics dédiés "[CM 2006 - 1/8e ] Italie - Australie" et "[CM 2006 - 1/8e ] Suisse - Ukraine"



Partagez cet article sur les réseaux sociaux :
Scooper cet article !Wikio !Digg!Google!Facebook!Del.icio.us!Live!StumbleUpon!Blogmarks!Yahoo!
Articles associés

Commentaires (0)add
Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 
< Précédent   Suivant >