En direct du forum ...

Une passion, le foot. Un but, entrainer

Une passion, le foot. Un but, entrainer

Les archives Le foot, le vrai Portraits

Recherche par tag : reddy Adu, Portrait UDE, Un Prodige sur le Rocher, Adu prété à l'AS Monaco, ligue 1, L1


Jean-Michel Aulas, cet inconnu que l'on aime à détester...
Version imprimable Suggérer par mail
Vingt ans de mariage entre JMA - Jean-Michel Aulas et l'Olympique Lyonnais Portrait UDE Jean-Michel AulasLogo O.Lyonnais UDE Vingt ans de mariage entre Jean-Michel Aulas - JMA - et l'Olympique Lyonnais...
Lyon et Jean-Michel Aulas fêtent leurs 20 années de mariage, pour le meilleur la plupart du temps mais aussi pour le pire parfois...
Pour le meilleur, - c'est la majeure partie -, on ne peut que saluer l'irrésistible ascension de l'Olympique Lyonnais depuis 20 ans. En France, où l'OL vient d'enchainer six victoires consécutives (ce qui n'a jamais été fait par un club dans les grands championnats européens), la domination est désormais établie et la résistance de ses adversaires devra s'organiser tant ces derniers cafouillent.
Dans la corbeille de ce mariage réussi, le pire existe aussi. Il se situe d'avantage dans les prises de position de Jean-Michel Aulas, perçues comme arrogantes ou excessives en raison de sa position dominante sur le football français. Une frange du public a fini par aimer à le détester ce qui, au final, devient tout aussi carricatural et prouve que désormais, le président de l'OL ne laisse pas indifférent et sucite des avis tranchés...

Portrait UDE Jean-Michel Aulas(Par Malonapi)
  
JMA du pouvoir et des projets à la hauteur de ses ambitions
Le connaissez vous réellement?
Aulas, est né en 1940 à "L'Arbresle" dans le Rhône. Etudiant il passe un BTS en Informatique avant de -selon la formule consarée- monter à Paris où devenu délégué de l'Unef, le syndicat étudiant, il vivra Mai 68 aux premières loges...
Il se fait émanciper - la majorité étant alors à 21 ans - n'étant pas majeur et crée à 19 ans avec trois amis, le Cegi. Service militaire oblige et difficultés de trésorerie les poussent à vendre en 1970.
En 1983, il  fonde avec Jean-Claude Sansoë la CEGID (Compagnie Européenne de Gestion par l'Informatique Décentralisée), qui sera quatre ans plus tard côtée en bourse au second marché de Lyon.
Son arrivée dans le football
- En 1987, JMA est invité à l'émission « Ambitions » sur TF1, présentée par un certain Bernard Tapie. Lors d'une fête organisée d'après-émission, un journaliste du « Progrès » présent demande à Bernard Tapie "Qui pourrait sortir l'Olympique lyonnais des bas fonds de la division 2 ?". La réponse de Bernard Tapie fait la une de la presse lyonnaise la semaine suivante: "Aulas président de l'OL". - JMA accepte et est élu le 15 juin 1987 président de l'OL par le conseil d'administration. Le club est au plus mal tant financièrement (dettes insondables) que sportivement, (l'OL vient de frôler la relégation en division 3 - aujourd'hui National -) Il arrive avec un plan pour l'OL aussi simple sur le papier que complexe à mettre en oeuvre: "amener Lyon en Coupe d'Europe en quatre années.".
- Malgré une saison mal engagée, l'OL remonte en division 1 -aujourd'hui Ligue 1- et, voit ses voeux exaucés par une qualification deux ans plus tard en Coupe d'Europe. Il se rôde au monde du football, restructure son club selon des méthodes inconnues dans ce milieu mais plus conformes au monde de l'entreprise. l'Association Olympique a vécu, une SAOS (Société Anonyme à Objet Sportif) voit le jour. Il est parmi les premiers à introduire dans le foot français des termes tels que "business plan" ou "merchandising".
JMA passe la vitesse supérieure et dote l'OL des moyens d'atteindre ses objectifs
- Il dote son projet d'une holding: "OL groupe" d'où de multiples filiales vont prendre vie déclinant la marque OL dans les domaines les plus divers comme les taxis ou la coiffure.
- En 1999, Jérôme Seydoux (PDG de Pathé) entre à hauteurde 16 millions d'euros dans le capital d'OL groupe. C'est LE tournant de l'histoire du club. Cela lui permettra non s'en souvient, de recruter Sonny Anderson et de talonner les premiers au classement. l'année suivante, l'OL remporte le premier des six titres consécutifs de Champion de France, série en cours.
- Si l'OL obtient des résultats sur le plan sportif, il devient de plus en plus influant dans les instances. Véritable VRP de l'OL, il montre des gages de solidité, présentant depuis dix ans, des exercices comptables positifs... Ses objectifs commerciaux sont revus à la hausse
- Aprés maintes approches aprés du ministre des sports Jean-François Lamour il obtient en 2006 la levée de l'interdiction faite aux clubs sportifs d'entrer en bourse. Assitôt votée, l'OL est introduit en bourse et l'action tourne aujourd'hui autour de 23 euros. Ce qui lui permet de péréniser le club, le mettant à l'abris d'une saison blanche (sans participation à la lucrative Ligue des Champions)
- Il a joué un rôle trés actif en coulisses pour les négociationspuis l'obtention de droits télé jamais égalés auparvant.

Portrait UDE Jean-Michel AulasIl se bat bec et ongles avec comme seul objectif celui de doter l'OL et le foot français dans son ensemble des mêmes armes que les plus grands clubs européens.

Un réel pouvoir qui bouscule l'ordre établi et innove sans cesse.
Par sa personnalité, son emprise sur les instances du football français (il est vice-président du conseil d'administration de la ligue), il fait entendre sa voix au sein de la ligue dans la répartition des postes de direction du bureau de la LFP tout comme pour ses prises de position sur plusieurs dossiers "tabouss"... Il secoue le petit monde du football français...
JMA irrite par le pouvoir qu'il a acquis au cours des années sur le terrain national ou international. Sur ces deux terrains, il se bat bec et ongles avec comme seul objectif celui de doter l'OL et le foot français dans son ensemble des mêmes armes que les plus grands clubs européens.
Là où son rôle est le moins légitime, et le plus mal perçu des supporters, c'est lorsqu'il intervient au soir des matchs en prenant position sur l'arbitrage, se plaignant de telle où telle décision, critiquant volontiers les propos de ses adversaires. Omniprésent médiatiquement, il occuppe un terrain que son équipe domine déjà par ses performances et sa domination, ce qui a le don d'énerver les fans des autres équipes.
Sur le plan Européen
Il a obtenu l'intrônisation de Lyon au sein du G14 dont il vient d'être élu président, contre-pouvoir des grands clubs face à l'UEFA de Miche Platini. Au nom de ce même G14, il est celui qui a porté devant les tribunaux les affaires de dédommagement des clubs en cas de blessure lors de matchs en sélections internationales, rencontres organisées sous l'égide de l'UEFA.
Des projets plein la tête:
L’OL vend 60 000 maillots par an, alors que Manchester United, -la référence- en vend 200 000. JMA pense possible de vendre dès 2006, 100 000 maillots avant de faire jeu égal à terme...
Pour les années qui viennent, JMA vient d'annoncer la construction d'un complexe de loisir totalement tourné vers l'OL, comprenant un grand stade (les fonds nécessaires ayant été principalement obtenus par l'introduction en bourse) d'une capacité de 60 mille places, un supermaché et un parc d'attraction: OL-land.
Sur le plan sportif, s'il a assis la domination Lyonnaise sur la L1, il compte bien la conforter et surtout faire de Lyon le prochain club français à remporter la mythique Ligue des Champions. En plus de la consécration sportive, elle lui permettrait de franchir la marche qui l'éloigne encore de la popularité dont jouissent l'OM, St Etienne ou même Paris. Et si Lyon a conquis les foules lors des matchs de poules, la Coupe d'Europe se refuse pour l'heure à lui au stade des quarts de finale.

Des prises de position légitimes mais mal perçues
Il ne laisse personne indifférent car il fait ce qu'il annonce de manière parfois péremptoire.
Cela tient aussi au fait que l'OL se portant bien, il fait entendre sa voix avec virulence pour défendre ses intérêts dés qu'il ressent le moindre danger pour son club. A l'image de son dernier "coup de gueule" concernant le calendrier de la saison 2007-2008, il prend les devants et dénonce une trop grande proximité de la journée de championnat avec un match de Coupe d'Europe. Bien que sette déclaration apparaisse excessive au plus grand nombre (et elle l'est dans la forme) sur le fond, elle est révélatrice du soin que mets JMA à ne pas renouveler les mêmes erreurs d'une saison à l'autre:
Les plus avertis se souviendront que la saison dernière, en réponse à la tentative d'achat de Frédéric Piquionne ressentie comme une provocation, le président stéphanois Bernard Caäzzo, au terme d'une surenchère médiatique avait refusé d'avancer le match Saint-Etienne - Lyon proche d'un crucial match retour de Ligue des Champions face à la Roma. Il en résultera une élimination lyonnaise, et une piteuse vente à Monaco de son joueurPiquionne, accompagné d'une démobilisation de l'effectif vert, aujourd'hui en passe de fuir massivement les rangs du club. Cet exemple est significatif des prises de positions abruptes de JMA et de l'irritation qu'il engendre.  

Portrait UDE Jean-Michel Aulas La stabilité, le seul moyen de construire un grand club sur le long terme...
Si d'autres clubs son cités spontannément à la question "quels sont les grands clubs français?", on doit avoer que cela concerne pour la plupart de brèves périodes de domination suivies de chutes tout aussi retentissantes ou de longues périodes de stagnation. A l'heure où ces rivaux français se débattent dans des crises répétées, des changements de présidence, des limogeages en cascade, le discours lyonnais est suivit de faits:  On doit constater sa stabilité: 12 entraineurs en 21 ans...
De 1987 à 1988, Robert Nouzaret, puis Denis Papas, puis Marcel Le Borgne
De 1988 à 1993, Raymond Domenech
De 1993 à 1995, Jean Tigana  
De 1995 à Janvier 1997, Guy Stéphan  
De 1997 à 2000, Le duo Bernard Lacombe - José Broissart
De 2000 à 2002, Jacques Santini
De 2002 à 2005,  Paul Le Guen.
De 2005 à 2007,  Gérard Houllier.
Depuis peu, pour la saison 2007-2008,  Alain Perrin

Sur le plan sportif... Formation, recrutement et ventes, les recettes lyonnaises sont issues du monde de l'entreprise...
L'OL consacre 3 500 000 Euros par an à son centre de formation...
Lyon a formé sous l'ère Aulas de grands joueurs tels Giuly, Maurice, N'Gotty, Garde, Bardon, Devaux, Malbranque, Ben Arfa, Bergougnoux, Bertod, Clément, Idangar et la liste n'est pas exhaustive...
Des recrutements judicieux... et des ventes opportunistes mais planifiées dés l'achat...
Les symboles de la politique de recrutement de JMA est sans contestation possible, Sonny Anderson -plus gros transfert du football français à l'époque-. A lui seul, il incarne la politique de recrutement de l'OL et permettra au club de prendre une nouvelle envergure et à Jean-Michel Aulas de tirer les premiers fruits de son travail..S'il a commis quelques erreurs de recrutement, JMA recrute chaque année des joueurs qui s'imposent généralement en France ou réalise des coups avec des joueurs étrangers qui apportent un réel plus, et permettent à Lyon de progresser sensiblement.
- S'il sait acheter, il sait toujours encore vendre au prix fort un joueur désiré en Europe sans pour autant destabiliser son club, bien au contraire, il le pérénise par de belles plus-values. Cette politique a toujours été la sienne depuis vingt ans et lui a permis de faire progresser le club. Sa stratégie s'est batie sur le long terme, il n'a jamais hésité à se rendre impopulaire quand il a la certitude d'agir dans l'intérêt suprême de son club ou de son combat du moment. Il s'est ainsi mis un temps à dos les supporters Lyonnais en vendant les Maurice, Giuly, N'gotty, Malbranque, Cavéglia ou même Sonny Anderson (véritables emblêmes lyonnaises) car il savait qu'il ne les retiendrait pas longtemps à Lyon, que ces ventes étaient vitales pour les finances du club, et que de toute manière cela ne pouvait que nuire à l'OL de conservezr un joueur contre son gré. Aujourd'hui comme hier, JMA n'a jamais cédé aux chants des sirènes sur le marché des transferts. Jamais il n'a acheté trop cher sans avoiir intégré qu'un bon jeune serait revendu plus cher deux ou trois ans plus tard. Il a une vision intégrée au monde de l'entreprise des échanges de joueurs. Chaque achat est un investissement qui doit apporter un plus pour le club et son développement, mais ils ne perd jamais de vue que cette acquisition doit être amortie, et même rapporter donc être vendue. La récente annonce de l'achat de Kader Keita pour un montant énorme de 16 millions d'euros ne déroge pas à la rêgle, il sait que sur son talent le joueur fera progresser l'OL sportivement ou l'espère, mais surtout que sur son potentiel, il trouvera acquéreur pour un montant supérieur dans les deux ou trois saisons qui viennent...
En recrutement sur le marché domestique (en Ligue 1), contrairement à ce qu'on entend trop souvent n'affaiblmit pas la Ligue un mais la renforce en injectant dans le championnat des capitaux gagnés en Europe. Les achats de pseudos joueurs exotiques, eux sont aussi sportivement incertains qu'innéficaces et appauvrissants pour notre championnat. Le mythe du grand club vampirisant les autres a vécu: de grands clubs renforcent les championnats auxquels ils participent sans compter les revenus publicitaires.  
Si certains clubs passent pour des briseurs de talent (suivez mon regard...), l'OL, au contraire, laisse le temps aux jeunes joueurs de s'imposer et les différentes compétitions leurs permettent de s'aguérir... L'OL sait intégrer dans l'équipe pro des jeunes issus de la formation comme Joan Hartock, Jérémy Berthod, François Clerc, Karim Benzema ou Hatem Ben Arfa...

Le palmarès Lyonnais sous l'ère Aulas...
Championnat L1
Vainqueur en : 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007
Vice Champion en : 1995, 2001
Troisième en : 1999, 2000
Trophée des Champions
Vainqueur en : 2002, 2003, 2004, 2005, 2006
Coupe de la ligue
Vainqueur en : 2001
Finaliste en : 1996
Coupe de France
Finaliste
Demi-finaliste en : 1998
Quart de finaliste en : 2000, 2001
Championnat L2
Vainqueur en : 1989
Coupe d'Europe
Quarts en : 2004 2005 (Coupe des Champions)
Quarts en : 1999 (Coupe de l'UEFA)

Perspectives et cote d'amour


Si tout cela est possible à Lyon, mais pas à Paris ou Marseille, c'est sans doute que, de sa main de fer, JMA contrôle sa communication autant en interne qu'avec la presse. Cette possibilité lui vient aussi du fait qu'il engage ses capitaux propres et il est donc décisionnaire direct. L'OL est un des rares clubs où de trés bons joueurs acceptent l'idée de ne pas avoir un statut de titulaire indiscutable et de se retrouver sur le banc même si un trop gros effectif, on l'a vu avec Gérard Houllier cette saison, crée des tensions préjudiciables dans les vestiaires. Omnipotent en interne, il décide et organise, son entraîneur devant se fondre dans le dispositif en place, composer avec un staff maison incarné par Bernard Lacombe aux larges attributions. Alain Perrin n'échappe pas à la rêgle, il devra "faire avec" ou trouver à l'image d'Hullier une sortie honorable (on parle de la présidence de la DTN pour lui). Ce mode de fonctionnement aussi pesant piisse-t-il paraître, offre de l'extérieur l'avantage d'une image professionnelle, laissant peu de débordements percer dans la presse: le linge sale est lavé en famille. Les récentes déclarations que prètent Lyon Mag à Sidney Govou sur la responsabilité présumée de Juninho sur la saison mitigée de Lyon reste une exception. 
Jean-Michel Aulas n'hésite pas lorsqu'il s'agit de prendre la parole pour protéger son groupe. Par ses diversions, il canalise l'attention sur sa personne, laissant le groupe à l'écart de pressions ou critiques nocives. Il est l'héritier de "grands présidents" dont le destin et le charisme ont coincidé avec les résultats de leurs clubs respectifs. Je pense à Claude Bez, Bernard Tapie et Michel Denisot, sans aucun jugement de valeurs sur ces personnalités bouillonnantes. Il est respecté et craint...
Le grand chantier des prochaines années sera sans doute pour JMA de faire aimer son club.
Si son bilman est plus que positif, il manque à Lyon la reconnaissance des amateurs de foot qui ont pu vibrer pour les exploits même anciens des marseillais, stéphanois ou parisiens. Ce déficit relatif d'amour, vient sans doute du fait que l'OL n'a pas encore remporté de titre européen, ou fait d'exploits lors d'un match couperet. (Le système de poules en Ligue des Champions lisse sans doute les gros matchs réalisés chez les grands d'Europe). JMA en est conscient, c'est son prochain cheval de bataille: "Du côté du public, nous avons des indices de notoriété qui ont été tout-à-fait évolutifs et importants. Lyon est aujourd'hui l'un des clubs les plus médiatisés. On le voit aussi sur les retombées télévisuelles. Je crois que l'image a effectivement beaucoup évolué et que nous sommes sur la bonne voie."
Que nous aimions ou non à détester Aulas, il faut souhaiter qu'il sucite des vocations ou montre la voix à suivre chez ses collègues français. A ce titre, Olivier Sadran, dont le parcours est similaire pourrait incarner cette nouvelle manière de développer son club.

Réagissez à ce portrait, donnez votre vision du personnage sur le fil de l' "Olympique Lyonnais" ou encore nous informer sur les transferts en cours en complétant par ce que vous avez entendu dire, en vous rendant sur le forum dans la partie "Football : Autour du ballon...", sur les fils "Potins" et "Transferts officiels 2006/2007"...



Partagez cet article sur les réseaux sociaux :
Scooper cet article !Wikio !Digg!Google!Facebook!Del.icio.us!Live!StumbleUpon!Blogmarks!Yahoo!
Commentaires (0)add
Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 
< Précédent   Suivant >