Les archives Le foot, le vrai Belgique La Jupiler Pro League

Recherche par tag : Belgique, Jupiler League, Bilan au terme de la saison 2006 - 2007, football, ude, bilan européen


[Belgique] Le film de la première partie de la Jupiler Pro League 2009-2010 !
[Belgique] Le film de la première partie de la Jupiler Pro League 2009-2010 !
Un nouveau championnat a été lancé cet été. La Jupiler Pro League new look ! Des playoffs, des « Super Sunday », de la compétition à tous les étages, l’Europe accessible même aux plus petits, c’étaient les promesses d’une réforme d’un championnat devenu moribond grâce entre autres à sa fédération… En voici le film produit par la célèbre compagnie UDE. Celui-ci sera divisé en plusieurs chapitres. Mais sans plus attendre, démarrons pour voir comment s’est déroulée cette première partie du championnat pour tous les protagonistes !

 

(Par Dams)

 


Chapitre 1 : du soleil et du beau jeu.


En ce début de saison,  nous sommes en plein milieu de l’été. Il fait chaud et beau mais cela ne s’arrête pas à la météo. En effet, sur le terrain, il y a déjà de beaux matchs et du spectacle alors que l’on aurait pu penser que beaucoup d’équipes seraient en rodage. Seuls le Standard et Genk au niveau des grands noms calent. Les Rouches peinent à performer à domicile et tente de se rassurer en disant qu’ils seront prêts pour leurs débuts en Coupe d’Europe. Pour Genk, son entraîneur, Hein Vanhaezebrouck, se sent floué par ses dirigeants qui lui avaient promis du renfort alors qu’il n’obtient que le seul Thomas Buffel en échange des départs de Vossen (un brillant espoir) et un des parias pourtant ex-capitaine, Hans Cornélis. Charleroi et Mouscron sont poussifs, pour l’un c’est une déception pour l’autre c’est plus logique. En effet, les dirigeants carolos fondaient beaucoup d’espoirs sur cette nouvelle équipe avec cette nouvelle ère mais l’indiscipline du noyau (le premier match verra 3 Zèbres sortir prématurément pour prendre leur douche). Un autre départ poussif dans la manière est celui du Club. On sent du mieux dans le jeu proposé par Adrie Koster mais il a fallut que ses troupes se réhabituent à jouer au football. Par contre, Anderlecht n’attend pas ses opposants, tout comme Malines qui démarrent en trombe accompagné par Gand. Sans oublier les bons débuts du soi-disant petit Poucet venu de D2. Les Trudonnaires démarrent fort ce championnat avec de bons résultats avec un calendrier pourtant peu évident.


Mais cet été du football a également été très chaud. La météo des terrains fut également orageuse… D’abord lors de cette première journée qui tourna presque au pugilant entre Brugeois et Carolos mais surtout lors du soir de la 5ème journée… Le premier « Super Sunday » pour notre nouvelle formule du championnat. D’abord un derby de la Venise du Nord puis un match des poids lourds entre Anderlecht et le Standard. En cas de défaite pour les Rouches, les Mauves prendraient un sérieux avantage sur les Principautaires. Mais ces matchs ne furent pas mémorables pour leur qualité (même si l’on pourra toujours discuter sur celle du derby). Le match à Bruges démarre fort. Après 10 minutes, les petits du Cercle dominent les grands du Club. C’est 2-0. Mais Sonck est un vrai renard des surfaces et remet les pendules à l’heure en ramenant le score à 2-1 4 minutes plus tard. Puis plus personne ne marque. Au retour des vestiaires le match est plus tendu encore. Les fautes se succèdent aux fautes et les cartons finissent par tomber après une légère « mêlée » entre Verts et Bleus. Akpala puis Sonck permettront au Club de prendre les 3 points. 45 minutes plus tard, c’est le choc qui commence. Un match que tout le monde voudrait oublier en Belgique mais les médias en ont tellement repassé les scènes les plus affreuses qu’elles resteront sûrement gravées dans les mémoires des gens pour de nombreuses années… en ce soir de fin Août, le temps est à l’orage, tacles durs sur le terrain, empoignades en tribunes et un pauvre Nzolo qui ne sait plus trop quoi faire. La presse et les dirigeants des 2 clubs avaient pourri ce match à partir du 15 juillet. Certains auraient mieux fait d’apprendre le silence avant mais parfois on est trop vieux et trop bornés pour changer que l’on soit Mauves, Rouches, avec un stylo ou un micro à la main…

Dans le même temps, Daerden prenait place sur le banc du Beerschot pour endiguer les mauvais résultats des Rats.

 

Chapitre 2 : le contrecoup.


Les sanctions tombent, certaines sont physiques comme pour Wazil (minimum 10 mois) et Polak (6 mois minimum), d’autres sont morales, Axel Witsel reçoit une suspension exemplaire de 8 matchs après appel. Les Mauves ont du mal sans 2 de leurs pièces maîtresses alors que les Liégeois décident de faire bloc pour se sortir de cette mauvaise passe. Les courbes de résultats s’inversent mais pas pour longtemps. Le noyau mauve finit par s’adapter grâce à la profondeur de celui-ci tandis que les limites de celui de Sclessin s’affichent au grand jour. Witsel «out » pour 2 mois et Defour blessé au lendemain du choc c’est la partie stratégique du Standard qui boite et avec elle tout son noyau. Les problèmes commencent et la Ligue des Champions n’est pas encore arrivée pour fatiguer encore plus les organismes des éléments essentiels liégeois. Dans le même temps, les rivaux ne perdent pas le nord et continue sur leur lancée, surtout Saint-Trond qui au soir de la 7ème journée se retrouve leader. Mais la chute n’en fut que plus lourde. D’autres comme Roulers se faisait déjà à l’idée que la saison serait… courte. En effet, les Roulariens n’arrivent pas à prendre régulièrement des points que ce soit chez eux ou en dehors de leur base. La dernière position leur semblait promise et celle-ci signifie fin de saison à la mi-mars pour le retour des beaux jours...

 

Chapitre 3 : une bien mauvaise surprise…


Mais c’était sans compter les nouvelles affaires mouscronnoises. Le club était mis en péril par la commission des licences qui annonçait que le club ne tenait pas ses engagements et allait au devant de sanctions financières et sportives. Cela pouvait faire les affaires d’un club mal classé comme Roulers mais quid des clubs qui avaient remporté la totalité de la mise face aux Frontaliers ? Les discussions fusèrent de toute part avant que Mouscron ne calme le jeu en annonçant un plan de reprise bien que son entraîneur et l'un de ses managers (tout deux arrivés cet été) ne décident de jeter l'éponge... Des rumeurs folles en provenance des 4 coins du monde arrivèrent en Belgique mais aucune ne semble en mesure de sauver le club. Celui-ci joue alors la montre et une entreprise spécialisée dans ce type d’affaires vient à sa rescousse pour évaluer les chances du club et le conseiller dans cette situation difficile. Le football passe au second plan durant cette période. Tout du moins la division 1 belge parce que les clubs engagés en Coupe d’Europe avaient d’autres chats à fouetter qu’une équipe récidiviste dans le genre de la « mort d’un club »…

Au soir de la 15ème journée, c’est encore assez serré même si le Standard commence à être décroché par les Mauves et que beaucoup d’équipes tentent de jouer le top-6.  La suite de la compétition promet d’être rude, que l’on soit champion ou vice-champion en titre !

 

Chapitre 4 : quand tout déraille.


Les matchs retours débutent ainsi que la crise de résultats traversée par le Standard de Liège. Un affreux 4 sur 15 (sans compter le match à Charleroi remis) va faire chuter le Standard au classement et si les résultats sont inquiétants, c’est également car la manière et l’envie de certains sont fortement contestables ! D’autant plus que les concurrents directs du club liégeois ne perdent pas de temps en chemin et compte désormais 17, 14 et 11 points d’avance sur les Rouches… Il est vrai qu’en cas d’accessit au top-6 ces écarts seraient divisés par 2 et le demi-point éventuel retiré mais toujours est-il qu’il y a longtemps que les champions en titre ont connu une telle disette au niveau des points… Car dans le même temps, Mauves et Blauw en Zwart réalisent un très bon parcours, se permettant rarement un écart de conduite. Mais le pire pour l’image et la réputation du football belge fut la fin de l’affaire Mouscron… le club est (enfin diront certains) dissous mais cela aurait pu être encore plus problématique à cause du Futurosport, ce superbe outil parfois mal utilisé par ce club… Combien de jeunes seraient restés sur le carreau sans l’accord trouvé avec un club de D3 pour permettre à ceux-ci de terminer la saison et ne pas devoir attendre juin (les transferts de jeunes sous contrat jeunes sont normalement interdits lors de la saison en Belgique).

 

Générique final :

 

Quelques statistiques et autres coups de cœur durant cette première partie.


Milan Jovanovic est le meilleur buteur à l’heure actuelle avec 10 réalisations avec son compère Sidibé (Saint-Trond). Chevalier (pensionnaire de Zulte qui arrive de D3) complète le podium avec Janckzyk et le jeune Lukaku avec 9 réalisations. Celui est également le buteur qui rapporte le plus de points lorsqu’il marque, à 16 ans c’est plutôt impressionnant et cela justifie tous les rapports des recruteurs des plus grands ! Mbark Boussoufa en est lui le meilleur passeur. Devant Vargas très efficace malgré un temps de jeu assez faible (moins de 70 minutes par match) et Berrier qui est moins souverain que l’an passé.

 

Des coups de cœur :

 

A Saint-Trond on fait dans le coeur !


Guido Brepoels est talentueux mais quasiment inconnu du grand public. Combien pouvait citer son nom en début de saison ? Pourtant c’est l’un des artisans de la remontée en D1 pour les Trudonnaires. Ll avait un bon groupe l’an passé mais il fallait trouver la motivation pour faire jouer ces joueurs habitués de la D1 qui découvraient pour beaucoup la D2 et ses contacts bien plus rugueux… Il y parvint à merveille et le sacre des Canaris ne faisait déjà plus de doutes en octobre 2008, soit 7 mois avant la fin de la saison !


 Guido Brepoels
 [Belgique] Le film de la première partie de la Jupiler Pro League 2009-2010 !


1 an plus tard le voilà dans les places virtuelles pour les playoffs. Mais le plus important c’est que Saint-Trond ne refuse pas le jeu, il en propose. Pour le plaisir des spectateurs. Le Standard a eu chaud lors de la journée inaugurale et les Mauves ont gouté à la défaite au Staaien ! Cela fait déjà quelques têtes accrochées au palmarès de cet entraîneur.

Et ce qui me plait chez ce monsieur, c’est son discours. En effet, il est humble mais aime être ambitieux. Cela n’est pas contradictoire, on peut viser haut tout en gardant à l’esprit d’où l’on vient.

D’ailleurs même si peu de joueurs de Saint-Trond sont limbourgeois, cet entraîneur emploie des mots très jutes pour faire comprendre à ses joueurs l’amour du maillot. Une anecdote plus qu’intéressante voit notre « héros » aller prendre un morceau de terre sur le bord du terrain et le ramener au vestiaire à quelques minutes du match contre les Anderlechtois. Quelques instants plus tard, une caméra télé le suit et entre dans le vestiaire. Son discours est simple et clair : c’est notre terre, personne ne peut nous la prendre ! Cela a tellement bien marché que 10 minutes plus tard, ses hommes menaient déjà  2-0 ! Il a également annoncé qu’il apprendrait le français en 3 semaines, chose qu’il n’a pas faite vu le laps de temps somme toute assez irréaliste et la difficulté de la langue mais je pense que c’est plus par manque de temps que d’envie car ce personnage fort sympathique s’y essaie.

Car le talent n’est pas un monopole de l’étranger !

Mon autre focus est un coup de cœur pour quelques jeunes qui arrivent en équipe première très tôt. Il s’agit de Romélu Lukaku (son papa n’est pas un inconnu pour les suiveurs du football belge) et de Mats Rits. 2 jeunes prodiges nés à 2 mois d’intervalle. Et ils jouent tous les 2 pour des clubs historiques en Belgique.  L’un a été vu pour la première fois lors des tests matchs quelques jours après avoir signé son contrat pro alors que Chelsea lui faisait les yeux doux. L’autre s’est distingué ce week-end via un doublé de renard pour permettre à ses couleurs de remporter la victoire face au rival campinois. En tous les cas cette génération 93 semble aussi (si pas plus) prometteuse que celle de 1988 à 1990 (qui comprend pourtant Defour, Witsel, Hazard, …). Par contre, il faudra faire attention du côté anderlechtois avec ce diamant brut (1,90 mètre, 94 kg) à ce qu’il ne se brûle pas avec la répétition des matchs … Car contrairement à son compagnon des équipes nationales d’âge, Lukaku joue dans un club du top qui joue tous 3 jours de manière régulière et avec seulement 3 vrais attaquants, cela l’oblige à jouer beaucoup là où Rits joue dans un club du sub-top, ne joue pas l’Europe et pour couronner le tout, le secteur offensif du Beerschot est l’un des plus fournis de Belgique !

 

 [Belgique] Le film de la première partie de la Jupiler Pro League 2009-2010 ! Mats Rits

 

Romelu Lukaku
 [Belgique] Le film de la première partie de la Jupiler Pro League 2009-2010 !

 




Partagez cet article sur les réseaux sociaux :
Scooper cet article !Wikio !Digg!Google!Facebook!Del.icio.us!Live!StumbleUpon!Blogmarks!Yahoo!
Commentaires (0)add

busy