En direct du forum ...

Une passion, le foot. Un but, entrainer

Une passion, le foot. Un but, entrainer

Les archives Le foot, le vrai Euro 2012

Recherche par tag : Equipe de France, équipe de france, Carasso, Lloris, Mandanda, Clichy


EURO 2012 - And the finalists are...
Version imprimable Suggérer par mail
Euro 2012 - Finale Espagne-Italie

And the winners are... Espagne ou Italie ?

Vous n'étiez pas devant votre écran alors que le dénouement de cet Euro approche ? Vous avez préférez un bon barbecue entre amis pour célébrer le retour du soleil ? Ou tout simplement votre compagne ne vous autorise plus à allumer le poste de télé le soir et vous menace en tenant votre PC ou votre console de jeu préféré en otage ?

Ce n'est plus un problème, voici une petite session de rattrapage sur ce qui s'est passé lors des demi-finales de cet Euro 2012 !

 

 

 (Par Dams13 illustrations de CelticGone et Tom Le Fou)

 

 

Demi-finale : Espagne - Portugal

 

Les Espagnols « vendent du rêve »…

 

La bonne surprise :


Ce n’est pas réellement une surprise mais Ramos réalise une saison d’enfer ! Déjà avec son club, l’andalou s’est montré impérial à partir du mois d’Août, il poursuit sur sa lancée en éteignant tous les attaquants qui passent à quelques encablures de son domaine. Que ce soit dans le jeu aérien ou dans des tentatives de dribble, Sergio Ramos se montre intraitable, et il faut se dire qu’il totalise déjà 91 sélections à seulement 26 ! Une telle maturité à cet âge et une maîtrise technique et physique impressionnante pour un défenseur font de lui l’un des tous meilleurs à son poste sur les 10 dernières années !

 

 

 

sergio_ramos_euro12_ude_stylise.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La déception :


Cristiano Ronaldo a été quelque peu décevant sur ce match. Je ne dirais pas non plus qu’il a fait un flop, il a surtout été bien contenu par ses gardes-chiourmes d’un soir ! Ramos et Arbeloa le connaissent parfaitement pour le côtoyer 10 mois par an, Piqué le rencontre 10 fois par an depuis maintenant 3 ans et Casillas en est au même point que Ramos et Arbeloa. La seule vraie déception, c’est qu’il ait laissé tiré un joueur comme Bruno Alves avant lui, je sais que généralement on fait tirer un très bon tireur sur le 5ème tir mais faut-il encore pouvoir le tirer. L’Espagne a fait tirer en premier son tireur attitré (avec la réussite que l’on sait certes…), l’Angleterre et l’Italie en avait fait de même avec des joueurs connus pour savoir tirer les pénaltys et voir Ronaldo se mordre les doigts de ne pas y être allé est en quelque sorte une déception

 

 

 

cristiano_ronaldo_euro12_ude_stylise.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le but :


Une fois encore, nul vierge (mais moins passionnant) qui s’est affiché sur le marquoir. Casse la ne tienne, les tirs au but de Ramos, Pepe et Fabregas étaient somptueux, dommage d’avoir dû attendre la 123ème minute pour sentir un peu de palpitation en suivant ce match…

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=-UPZIXhGRFk

 

 

 

Les Espagnols vendent du rêve...


En effet, c’est cette expression qui me vient à l’esprit lorsque je regarde un match de la Roja depuis le début du tournoi. Attention, je ne parle pas de son côté positif, plus du fait qu’ils nous vendent un jeu qui endort et lorsqu’on a de la chance on rêve. Certains me diront que ce rapprochement peu s’avérer tordu tant les gestes réalisés par les artistes espagnols sont époustouflants mais il faut bien avouer que le jeu déployé par les Ibères est là pour endormir l’adversaire et l’assassiner à froid si une occasion de tirer se présente. Le problème c’est que la sélection espagnole aime bien faire joujou avec son précieux et si le festival de passes peut ravir les socios, il n’en va pas de même pour le spectateur neutre qui voit le ballon bouger d’un coin à l’autre du terrain sans pour autant devenir réellement dangereux…

 

Festival de passes, absence d'occasions...

 

On peut donc dire que les occasions ne se sont pas succédées face au but de Rui Patricio qui n’a pas dû s’employer outre mesure durant le temps régulier du match si ce n’est sur une frappe assez lourde de Xavi qui venait droit sur lui.

 

 

 

espagne_portugal_euro12_ude_stylise.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le constat du côté Portugais est différent. Ceux-ci l’ont joué au courage, avec de l’agressivité et ont ainsi gêné les Espagnols au moment de conclure. Le souci vint de leurs leaders offensifs, Almeida tirait à contre-temps en s’écartant et ne cadrait pas, Nani s’emmêlait souvent dans la défense d’Alba et Ramos et Ronaldo aurait pu avoir un bus face à lui qu’il ne l’aurait pas cadré tant le Portugais n’était pas en réussite ! Le seul tir (presque) cadré portugais a eu lieu assez tôt. En effet, Miguel Veloso a manqué de tromper la défense espagnole sur un coup de coin concédé à la 2ème minute de jeu. Heureusement, Casillas ne s’est pas relâché et la longue traversée du désert a commencée…

Tiens désert, rêve, sable, marchand de sable, sommeil… C'est en quelques sortes la conclusion que l'on peut tirer sur ce match où il a fallu attendre les tirs au but pour voir poindre le suspense...

 

Demi-finale : Allemagne - Italie

 

Le double B, héros italiens !

 

La bonne surprise :


Une fois encore, parlons de Mario Balotelli, il a détruit la défense allemande avant de céder sa place à Di Natale victime de crampes tant il a couru sans compter sur le front de l’attaque transalpine. Super Mario s’arrache sur tous les ballons, mord dedans et son abnégation ainsi que son attachement au maillot national (et quand on voit sa façon de chanter l’hymne italien, on ne peut pas émettre de doutes) font vraiment plaisir à voir. Victime de brimades en tout genre depuis des années, le génie incompris a décidé de montrer à la planète football lors de cet Euro 2012 qu’il n’était pas qu’un fantasque joueur mais également un joueur des grands rendez-vous.

 

 

 

mario_balotelli_euro12_ude_stylise.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La déception :


La défense allemande a complètement abandonné son gardien de but que ce soit Badstuber complètement à la rue sur le premier but (et sur le reste du match…), Boateng qui n’apporte rien défensivement avec ses placements hasardeux qu’il ne compense pas par son apport offensif… Lahm n’a pas été plus transcendant, le seul qui a limité la casse c’est Hummels bien qu’on ait vu de meilleures choses de sa part sur cet Euro… Le pauvre Manuel Neuer a pu aller rechercher le ballon 2 fois dans ses filets sans pour autant avoir démérité…

 

 

 

 

holger_badstuber_euro12_ude_stylise.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le but :


Comment ne pas mettre en avant le second but de Super Mario, une frappe canon qui transperce la défense de Philip Lahm et les réflexes de Manuel Neuer. Ce tir supersonique n’est pas tout dans ce but, la feinte de corps et le démarquage de Balotelli pour mettre dans le vent Lahm est somptueux et le but n’est « que » le parachèvement de ce travail. Soulignons également la passe somptueuse de Montolivo qui permet à Balotelli de partir à toute allure !

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=IJrVhZPe2Uk

 

 

 


Viva Italia !

 

 

 

allemagne_italie_euro12_ude_stylise.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant le match, tout le monde pense que la Mannschaft va dominer l’Italie de par son expérience des dernières compétitions (là où les Italiens s’étaient fait sortir en quart de l’Euro et dans les groupes de la Coupe du Monde, les Allemands y avaient atteint la finale et la petite finale). De plus le dicton dit toujours qu’à la fin d’un match de foot, c’est toujours l’Allemagne qui gagne et ça ne peut être que vrai puisque c’est Gary Lineker qui l’a dit ! Seulement voilà, l’Italie, c’est un brevet d’invincibilité impressionnant face aux Allemands en phases finales !

 

Gigi n'est pas encore dedans !

 

Le début de match manque d’en faire perdre leur latin aux Italiens, en effet, Buffon est coupable de l’une ou l’autre approximation sur des interventions à la main. Gigi le magnifique qui se loupe, cela peut faire peur aux Italiens. Pourtant ces 2 moments de faiblesse seront les seuls du capitaine de la Squaddra ! Un peu l’opposé de ce qui se passait dans le rectangle adverse, où l’on comptait les approximations par 2 sur chaque phase défensive… On peut le dire, les Allemands en défense, c’était un peu le remake de panique à bord. D’ailleurs Cassano ouvre les hostilités sur un très beau tir brossé en dehors de la surface. Il n’est pas dangereux pour Neuer mais le placement trop lâche de Boateng n’est que le commencement des erreurs défensives du jeune joueur munichois…

 

Quelques instants plus tard, il est d’ailleurs roulé dans la farine par ce bon vieux Antonio Cassano qui délivre un centre millimétré sur le crâne d’un Super Mario mal défendu par Badstuber. La classe biberon défensive du Bayern est à 66 % coupable sur ce but puisque Neuer ne peut être accusé d’erreur sur ce but…

 

Le "Real" réagit !

 

La réaction allemande part des pieds du milieu madrilène, Ozil et Khedira veulent sonner la révolte mais ni Schweinsteiger, ni Kroos ni Podolski n’arrivent à s’aligner sur leur niveau. Ne parlons pas de Gomez complètement transparent tant ses coéquipiers ne lui transmettent jamais le ballon… Il faut dire qu’à leur décharge que le grand Mario reste collé à Barzagli et Bonucci, ce qui ne facilite pas les passes vers le grand Teuton !

 

Le but du KO.

 

Et sur une récupération de balle, semble-t-il anodine, Montolivo envoie en orbite Super Mario qui ne se prive pas d’inscrire un doublé en frappant de manière surpuissante vers la lucarne de Neuer. 0-2 c’est le score à la mi-temps et l’on a envie de dire que c’est le score jusqu’à la 75 minutes. Moment choisi par Löw pour faire rentrer sa dernière cartouche, Müller ! Celui-ci remplace son coéquipier Boateng pour apporter le surnombre en attaque. Cela a complètement débridé le match et les Italiens manquent par 3 fois le but du KO total. Di Natale manque l’immanquable, Diamanti glisse au plus mauvais moment et Balzareti s’avance trop tôt et se fait prendre au piège du hors-jeu.

 

Les Allemands marquent souvent à la fin... parfois pour rien...

 

Côté allemand ? Pas grand-chose à se mettre sous la dent… Ozil et Reus sont les seuls à donner l’impression de vouloir gagner ce match. Même Löw semble dépité… Pourtant Neuer se transforme en attaquant dès la 85ème minute et cela désorganise quelque peu la défense italienne. C'est également dans ces 20 dernières minutes que l'on se rappelle pour la millième fois pourquoi Buffon est un grand gardien, il peut rassurer sa défense avec des parades de grande classe et son charisme oblige chaque seconde ses défenseurs à donner le meilleur d'eux mêmes !

 

Klose en roublard...

 

Klose pousse (au propre comme au figuré) Balzareti à la faute de main et Ozil se charge de tromper Buffon. Les Allemands se remettent à y croire à la 92ème minute, trop tard, et les Viva Italia sonnent partout en Italie !

 

 

 

matt_hummels_euro12_ude_stylise.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au final, les 2 finalistes seront donc les 2 prétendants du Groupe C, ceux-là même qui s'étaient recontrés pour leur match d'ouverture !

 

Si vous souhaitez en débatre avec nous, rejoignez-nous sur le forum de l'Univers de l'Entraîneur, un topic est dédié à la finale de ce dimanche !  

 

 

Venez nous suivre sur le forum pour discuter des matchs de l'EURO 2012 !

 

Pour les pronostics c'est sur notre site... Il en va de même pour les résultats de l'Euro 2012 que vous pouvez suivre sur l'Univers de l'Entraîneur !

 




Partagez cet article sur les réseaux sociaux :
Scooper cet article !Wikio !Digg!Google!Facebook!Del.icio.us!Live!StumbleUpon!Blogmarks!Yahoo!
Articles associés

Commentaires (0)add
Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 
Suivant >